Encore plus haut au-dessus de Hetch Hetchy, leplusbeauvoyage.com

Wilderness

« Le salut du monde est dans l’état sauvage »

Henry David Thoreau

Quand j’ai quitté la Nouvelle Zélande et rejoint Nate en Californie, c’est tombé le jour de mon anniversaire.
J´ai eu le plus long anniversaire de ma vie : départ d´Auckland à 13h, arrivée 12 heures plus tard à San Francisco où il était 6h du matin 🙂

Avant de partir, j´avais dit à Nate : « je ne veux pas de cadeau (besoin de rien, envie de toi et pas de place dans mon sac à dos), emmène-moi plutôt dans un de tes lieux préférés, un lieu sacré et fais-moi la surprise… »

traverser le lac Loon en canoe leplusbeauvoyage.com
Surprise totale : on part traverser Loon Lake en canoë, randonner et bivouaquer !

En route pour Loon Lake

Campement, Lac Loon, Californie, leplusbeauvoyage.com

On a chargé le canoë sur le truck et Nate m’a emmenée à Loon Lake pour 3 jours.

Après avoir traversé une bonne partie du lac à la pagaie, on a investi un coin super sympa qu’il avait découvert un an plus tôt avec un ami.

C’était à 2 pas du lac.
Il y avait des pins, du granite, un « fire ring » et même une petite balançoire.

On était absolument seuls !

Notre campement au lac Loon, Californie, leplusbeauvoyage.com
Notre campement à Loon Lake (tu vois la tente et le canoë ?)

L’eau était fraîche mais qu’importe, il faisait chaud.
Il n’y avait personne. Pas besoin de maillot de bain !

Nate avait aussi porté un hamac et je voyais passer les écureuils et les chipmunks dans les pins au-dessus de ma tête.

Un soir, une biche venait brouter juste à côté de nous.
Quand on s’approchait trop près, elle reculait de quelques pas sans prendre la fuite. Elle maintenait une distance d’environ 4 m et continuait de mâchouiller tout en nous regardant.

Lac de Loon, Californie, Chipmunk, leplusbeauvoyage.com
Un chipmunk qui boulotte les restes de notre petit déjeuner… sooo cute! (craquant)

Fascination

J’ai été fascinée pendant ces 3 jours (et au-delà) de constater qu’il est permis de faire des feux de camp, de camper où bon nous semble (ou presque) et que les animaux ne nous craignent pas.

Nate a grandi dans cet environnement silencieux, vaste et accessible à tous.

Lac Loon, fin de journée, leplusbeauvoyage.com

D’ailleurs, quand je l’ai rencontré avec ses amis au beau milieu de Stewart Island en Nouvelle Zélande, ils étaient surpris de nos restrictions en Europe.
Eux qui ne sortent pas en nature sans feu de camp, malgré les problèmes d’incendie en Californie.

On a vite fait de juger les Américains et de tous les mettre dans le même sac.

Il y a un art de l’outdoors (du plein air) que l’on ignore souvent depuis la France.

La Californie a son Commandant Cousteau de la Wilderness, du « sauvage ».
Il s’appelle John Muir (1838-1914).

En Californie, pas un point d’info dans les parcs naturels sans livre de John Muir !

Né en Ecosse, il émigre aux Etats-Unis à l’âge de 11 ans et découvre Yosemite à 30 ans.
C’est le coup de foudre.

« Aucun temple construit de la main de l’homme ne peut être comparé à Yosemite […] Yosemite est le plus grand de tous les temples dédiés à la Nature. »

John Muir

John Muir milite pour préserver Yosemite dans son état naturel et sauvage, contre la déforestation et la multiplication des pâturages.

En 1890, le Congrès fait de Yosemite le 2ème parc national des États-Unis en suivant les recommandations de John Muir, sur le modèle de Yellowstone.

Il y a un sentier de grande randonnée très prisé en Californie, baptisé le John Muir Trail (JMT).
Il court sur 344 km le long de la chaîne de la Sierra Nevada avec 14 000 m de dénivelé.
260 km sont communs avec le Pacific Crest Trail (PCT)
[Le PCT est notre prochain objectif, j´en parlais ici.]

Et en Écosse, à notre 1er jour sur le West Highland Way, on a croisé un John Muir Way !
Décidé en 2010 et terminé en 2014 pour célébrer les 100 ans de la mort de John Muir, il relie la côte ouest à la côte est via Edimbourg… et peut se parcourir à vélo.

You are in bear territory

Yosemite, public food lockers pour protéger sa nourriture
Photo par Grant Ordelheide

Ce qui frappe quand on bivouaque en Californie, c’est le discours.

You are in bear territory.
Tu n´est pas chez toi, tu es ici sur le territoire des ours, tu dois respecter le sauvage.

C’est à toi de laisser vivre les animaux sauvages et non l’inverse.
C’est à toi de protéger ta nourriture. Si tu l´abandonnes à un ours, il devra être abattu et tu seras amendé-e (j’aime parler suisse).

Le parc de Yellowstone est allé plus loin en réintroduisant les loups dans le parc avec des effets bénéfiques inattendus expliqués dans ce TED talk.

Dans les national forests, on peut suspendre sa nourriture entre les arbres… mais honnêtement, c´est galère.
Non seulement, les ours noirs savent très bien monter aux arbres mais ils sont aussi meilleurs coureurs et nageurs que nous…

Dans les parcs nationaux, l’utilisation d’un contenant bear-resistant est obligatoire.

On ne laisse pas de nourriture dans sa voiture non plus.
Il y a des food lockers partout dans les parcs.

Fire ouWilderness permits

Fin de journée à Loon Lake, Californie, leplusbeauvoyage.com
Vue sur Loon Lake en fin de journée, depuis la plus haute montagne…

La préservation du milieu naturel est tellement prise au sérieux que, pour avoir le droit de bivouaquer, on doit demander un permis.
Pour utiliser un réchaud ou faire un feu de camp aussi, on doit demander un permis.

En Californie, le fire permit est gratuit et valable un an.
Pour l´obtenir, il suffit de lire les instructions (où faire un feu, quell bois ramasser, comment éteindre le feu, etc.) et de répondre au test pour obtenir un document PDF à son nom.

Les wilderness permits sont payants (de l´ordre de 5 USD / pers. à Yosemite) et les rangers vérifient que l´on connaît les règles… entre autres :

  • Leave no trace, en randonnant et campant sur des surfaces durables, sans endommager des zones vierges (Nate m´a vite déconseillé de couper par les broussailles : risque de serpents, les rattle snakes)
  • Pack in, pack out : ce qu´on est capable d´emmener avec soi dans le parc, on peut tout à fait repartir avec.
  • Gestion des déchets : comment faire sa vaisselle, à quelle distance des cours d´eau uriner, à quelle profondeur creuser pour son serious business
    Après avoir vu que des ours avaient déterré du papier toilette humain, on le remballe maintenant partout où on va. C´est aussi beaucoup plus sympa pour les suivants !

Hetch Hetchy

Coucher de soleil à Hetch Hetchy, Yosemite, leplusbeauvoyage.com
Hetch Hetchy, Yosemite National Park au coucher de soleil (Kolona Rock à droite)

Il y a au nord ouest de Yosemite, une très belle vallée, peu fréquentée et qui nous attirait.

C´était fin septembre et pas possible d´obtenir de wilderness permit à Yosemite Valley (le flot des touristes) avant le 5 ou le 7 octobre.
Qu´à cela ne tienne, on allait en profiter pour randonner 3 jours autour de Hetch Hetchy puis 4 jours du côté du grand canyon de Tuolumne.

Quand j´ai voulu regarder les distances et dénivelés, Nate m´a dit « mais non, regarde sur la carte : un carré fait 6 miles, c´est bon ! »
Au moment de récupérer nos permis, les rangers nous ont avancé la date car il est interdit de camper trop près des départs de sentier.

  • 1er jour (après-midi) : on a planté la tente dans le noir après avoir entendu un frémissement dans les buissons sur notre gauche, on s´est mis à faire un maximum de bruit, j´ai vu des yeux rapprochés à ma hauteur (ceux d´un ours… à 5 mètres)
  • 2ème jour : 20 miles. Après avoir navigué à la boussole, même les personnes chargées de la maintenance du sentier ne le trouvaient pas… beaucoup de déjections ursulines (d´après nos observations, les ours aiment les baies colorées).
    Le camping de Hetch Hetchy était fermé et il est interdit de faire du camping sauvage ou de se baigner à proximité car c´est la plus importante source d´eau potable pour la ville de San Francisco. On a aussi fini à la nuit tombée.
  • 3ème jour : plusieurs arrêts baignade, on avait assez de nourriture pour prendre notre temps (adieu Tuolumne) et apprécier la vue, de canyon en canyon, de cascades en rivières.
  • 4ème jour : encore un finish après le coucher de soleil car sans eau, pas de repas (depuis on emporte plus de cru).
    Une rivière sur la carte, n´est pas une garantie de trouver de l´eau…
  • 5ème jour vers midi, on était de retour au food locker (chocoloat !!) et au truck
Au-dessus de Hetch Hetchy, Yosemite, leplusbeauvoyage.com
Hetch Hetchy après Rancheria Falls (Kolona Rock à gauche)

On a parcouru 56 miles soit 89 km en 4 jours avec 3500 m de dénivelé soit presque 15 miles (24 km) par jour.
Pour le Pacific Crest Trail, on table sur 15 miles par jour dans les montagnes et un peu plus dans le désert.

Aujourd´hui, 29 octobre 2019 à 10h30 en Sierra Nevada (ou 18h30 dans les Pyrénées), c´est l´ouverture du système de reservation des permis de plus de 500 miles sur le Pacific Crest Trail depuis la frontière mexicaine pour la saison 2020.
On est sur les starting blocks, on croise les doigts et les orteils pour obtenir chacun notre laisser-passer, même lieu de départ et même date pour cette aventure unique…

Toujours dans l´esprit de John Muir, le but est que les générations futures puissant profiter du PCT elles aussi.
Maximum 50 personnes sont autorisées chaque jour sur le sentier afin de preserver le milieu et l´expérience de silence et de solitude que recherchent les marcheurs…

À bientôt !
Perrine

PS : John Muir n´a pas remporté tous ses combats et le lac de Hetch Hetchy en réalité le principal réservoir en eau potable de la ville de San Francisco située à 270 km à l´ouest.
John Muir y était farouchement opposé et certains affirment que c´est la tristesse de voir cette vallée défigurée qui l´aurait achevé, alors atteint d´une pneumonie.
Ca me rappelle le village de Tignes, aussi englouti après la construction d´un barrage.

Arrivée à Hetch Hetchy, Yosemite, Californie leplusbeauvoyage.com
Notre arrivée à Hetch Hetchy depuis White Wolf Trailhead

_________________

Dis, tu veux recevoir les niouzes toutes fraîches dans ta boîte aux lettres électronique ?
C’est par ici !!



8 réflexions sur “Wilderness”

  1. Que de belles ballades pédestres, en pleine nature, à poil dans la rivière et à dormir à la belle étoile. Tu ne pourras plus revenir dans le système dit « moderne »… Profites de cette belle vie autant que tu pourras.
    Bise.. .

    1. Salut Paul,
      Il s’agit de trouver un équilibre entre les deux mondes. Il y a du bon et du beau des deux côtés…
      Mais tu as raison, c’est vrai que le Pacific Crest Trail sera un sacré changement de rythme !!
      À suivre…
      On est dans la file depuis 30 minutes : respectivement 1809 et 3884 personnes devant nous dans la file (on a démarré aux rangs 2225 et 4320 !)

  2. Envoyez-nous des documents , in native language, so we can use them in our Englkish course. Much nicer than the articles about BOJO and Trump. Did you notice they have the same hairdresser ?and probably the same brain underneath?
    Enjoy your trip and send me dreams of wilderness and nature, including swimming without anything on !
    Lots of big bisous

    1. Ah ah, 2 commentaires et 2 réactions face au skinny dipping!
      Je lisais cet après-midi dans le guide du PCT by Brian Johnson (trail name Ancient Brit): « swim costumes weigh little but are unnecessary. Either wear shorts or underclothes or follow the wilderness tradition of skinny-dipping ».
      True about Boris Johnson´s hair style… I think it´s what they eat!!
      I´m sending you nice native, funny and enthusiastic texts 😉

  3. Ping : Le luxe du temps -

  4. Pour les textes en VO, je suis preneur aussi !!
    Profite bien, et continue de nous faire rêver avec tes récits d’aventures !!
    Des big bisous too !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *