Pacific Crest Trail. Carte départ. leplusbeauvoyage

Pourquoi le Pacific Crest Trail ?

Nate répondrait dans son meilleur français : pourquoi pas ?!

Le Pacific Crest Trail passe par la Sierra Nevada, son terrain de jeu en Californie.
Comme la transat pour moi, le PCT était un rêve distant pour Nate. C’est le sentier mythique dont son père parle depuis toujours.

Un sentier avec lequel on flirte souvent quand on part plusieurs jours bivouaquer.

En traversant l’Atlantique début 2018, on s’est tous les deux prouvé qu’on pouvait faire de n’importe quel rêve, une réalité.
A condition de décider de passer du rêve distant au rêve brûlant. Et d’en faire un projet.

On commence nos recherches sur le PCT à l’été 2018 alors qu’on navigue de Minorque à l’Angleterre via les Açores et la Galice.

Et puis le 1er septembre 2018, on apprend qu’on est retenus pour le Sun Trip Tour 2019.
En manque d’aventure, on avait envoyé notre candidature en avril, au prétexte que si on ne postule pas, on ne peut pas participer.
Ni « non » ni « oui » alors ça ne coûte rien d’essayer.

Nate et moi nous sommes rencontrés sur le Northwest Circuit, un sentier de randonnée dans le bush de Stewart Island, une île au sud de l’île du sud en Nouvelle Zélande.

Alors quoi de plus naturel que de faire du Pacific Crest Trail, notre lune de miel ?!

Au-dessus de Hetch Hetchy, Yosemite, leplusbeauvoyage.com

Au départ, je disais à Nate que c’était à son tour de choisir un rêve après m’avoir soutenue et accompagnée dans le mien – les miens même, en ajoutant le Sun Trip à la transat.

Mais la vérité c’est que les Etats-Unis sont un peu la Mecque de la rando longue distance avec leurs scenic trails et triple crown. Ici, la nature est reine. L’approche radicalement différente de celle qu’on a en Europe.

Aurais-je osé me lancer dans le Pacific Crest Trail solo ? Peut-être pas car il y a tant d’aventures à vivre…
Mais aux côtés de Nate, il s’agit de rencontrer une autre Amérique, sur le trail et en marge du trail.

C’est aussi l’occasion de découvrir la riche diversité des paysages sur le parcours.

Et enfin, c’est une opportunité d’être.
De vivre pendant 5 à 6 mois hors du monde humain et hors du temps. De se remettre à l’échelle de notre humble humanité, de notre corps, de notre rythme naturel, de notre souffle… 

J’ai hâte de vivre plus avec moins.
J’ai hâte d’être déconnectée/reconnectée.
J’ai hâte de ne manquer aucun lever/coucher de soleil ou lever de lune.
J’ai hâte de ne répondre qu’à 2 questions par jour.

Préparatifs au Pacific Crest Trail

On avait déjà bien entamé les préparatifs en 2020 avant d’annuler/reporter notre projet.

Notre avantage :
On connaît plusieurs parties du tracé donc on sait à quoi s’attendre.

L’inconvénient :
Croire qu’on peut répéter nos randos-bivouac de 8 jours à l’infini sans complication.
On n’aborde pas 4 270 km comme on aborde 120-200 km toutes les deux semaines.

Je vais publier des articles au fur et à mesure concernant :

  • l’équipement,
  • la logistique,
  • les environnements à traverser (désert, montagnes, neige, rivières en crue, (feux de) forêts, moustiques et tempêtes de neige à l’arrivée).

Tu peux retrouver tous les articles sur cette page.

En attendant, inscris-toi aux Niouzes ci-dessous pour ne rien manquer.

Beau voyage à toi & à bientôt
Perrine

>> Tous les articles
> Article précédent : Wilderness – l’appel du sauvage
> Article suivant : Do you speak PCTish? Les bases

Plumes.600x150.4

CADEAU

Reçois ma méthode infaillible pour réaliser tes rêves

et rejoins l’aventure (PCT 2021 & parution de mon livre)

Garanti sans spam ni plastique. Tu recevras un courriel pour confirmer ton inscription.

3 réflexions sur “Pourquoi le Pacific Crest Trail ?”

  1. Ping : Glossaire PCTish - les bases |

  2. Ping : Au programme du PCT - parcours et obstacles |

  3. Ping : Quand t'es dans le désert pendant 1122 km... |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.