Parcours Pacific Crest Trail. leplusbeauvoyage.com

Au programme du PCT – parcours et obstacles

Le Pacific Crest Trail s’étend sur 4270 km, à flanc de montagne et traverse des milieux variés sur 5 zones distinctes :
 
  • Californie du Sud – 697 miles / 1 122 km
  • Californie Centrale – 586 miles / 943 km
  • Californie du Nord – 409 miles / 658 km
  • Oregon – 458 miles / 737 km
  • Washington – 500 miles / 805 km

Californie du Sud

Désertique et montagneuse sur 1 122 km, c’est la portion la plus longue.
 
On démarre de Campo à une altitude de 888 m et progressivement ça monte à 1 800 m pour atteindre 2 752 m à San Jacinto (beaucoup de neige en ce moment-même). Puis on suit les montagnes au nord de Los Angeles avant d’attaquer le désert de Mojave.
 

Côté faune
Des lézards, des rongeurs (mon préféré c’est le kangaroo rat ou dipodomys en français), des serpents, des coyotes et des cougars.
Et aussi des colibris tout mignons.

Côté flore 
Des buissons, chaparral (sorte de maquis du nom de la localité El Chaparral en Andalousie), des fleurs au printemps, des yuccas, des arbres de Josué, des chênes. On ne trouve de forêts qu’en altitude.

Pas ou peu d’eau.
En particulier sur les 32 premiers kilomètres.
Il faut en porter beaucoup, économiser ou quitter le sentier pour se ravitailler.
Parfois des trail angels déposent des bouteilles de 5L dans des caches.

On a connu la soif dans la Vallée de la mort, nous voilà prévenus…et les stratégies possibles.

Départ du Southern Terminus le 1er mai (à gauche le mur et le Mexique)

Californie Centrale

Californie Centrale aussi appelée High Sierra.
 
On démarre au point le plus bas (1 600 m) pour monter toujours plus haut, vers les glaciers avec un possibilité de faire quelques bonus miles (encore du PCTish) et grimper à Mt Whitney (le plus haut sommet des lower 48 (tous les États sauf Hawaï et l’Alaska) à 4 421 m.
 
Notre arrivée dans  les High Sierra coïncidera avec la fonte des neiges, ce qui promet d’être fun, froid, humide… et épuisant (tant qu’à faire).
 
On n’aura pas droit à l’erreur surtout qu’on démarre par l’attaque de Forester Pass, un col à pic qui culmine à 4 009 m. C’est aussi le plus haut point sur tout le PCT.
 
On alternera canyons profonds et cols de haute altitude.
Au total, on franchira 8 cols à plus de 11 000 feet (3 353 m).
Enfin 8 named passes – il y en a d’autres mais comme ils n’ont pas été baptisés, ils comptent pour du beurre !
Pacific Crest Trail. High Sierra, profil. leplusbeauvoyage.com

A prévoir, entre autres réjouissances, des traversées de rivières difficiles dans une eau glaciale.
Quelques photos accompagnées de conseils sur le site de la PCTA.

C’est la partie la plus éprouvante du Pacific Crest Trail.
Le grand test.
Autant dire qu’on ne s’y aventure pas seuls mais en groupe.
La navigation est aussi un sujet puisque le sentier et ses marqueurs sont enfouis sous la neige. J’y reviendrai en abordant les préparatifs et l’équipement.
 
Faune
Marmottes, coyotes, chevreuils et ours noirs.
Le bidon « anti-ours » est obligatoire pour stocker sa nourriture.
 
Flore
A part les pins Ponderosa et Jeffrey, on ne verra pas grand chose.

Californie du Nord

En quittant les High Sierra on pense en avoir fini avec la Californie mais on en a juste fini avec la neige.

Il reste encore 658 km avant de mettre un pied en Oregon.
Suivant les conditions dans les High Sierra, on peut mettre 3 mois à traverser les 2 723 km du PCT californien.

Maintenant, le sol est volcanique et fertile.
L’altitude est optimale pour recevoir de bonnes précipitations et donner une végétation luxuriante.

On passe à proximité de Mt. Lassen (3 187 m), la région est très montagneuse entre les massifs côtiers et le massif de Klamath et des Cascade (qu’on suivra jusqu’à Washington).

Flore
Lupin, castilleja, dauphinelles, ancolies, gooseberries (sorte de groseilles – miam !) et manzanita.

Faune
Ratons-laveurs, martres, visons, blaireaux, renards, lynx et toujours les chevreuils et les ours noirs.

Plumes.600x150.4

Oregon

Nous voilà hors de Californie. Enfin !
C’est le plein été et la partie la plus facile (moustiques mis à part).

C’est encore une zone volcanique et on suit la ligne des crêtes mais l’altitude est plutôt constante.

Nos corps sont maintenant des machines et les 737 km peuvent être avalés en moins d’un mois.
Pas question de traîner, il faut arriver à Washington avant le froid, la pluie et la neige.
J’écris ça alors que des amis ont prévu de nous rendre visite fin août pour mon anniversaire. On ne peut pas se permettre de s’arrêter plus d’un ou deux jours maxi.

La variation d’altitude la plus importante se produit du côté de Columbia River Gorge (963 m => 55 m) traversée par le Bridge of the Gods.

Beaucoup de lacs, beaucoup de volcans, beaucoup de panoramas époustouflants.
Beaucoup de forêts aussi (mais il y a eu énormément d’incendies l’année dernière). On va se régaler. De paysages et de baies.

Flore
Pirole en ombelle, pterospora, mahonia faux houx, pulsatille, épilobe en épi… J’en conviens, c’est peu parlant. Je t’enverrai des photos en chemin, promis !

Faune
Souris, écureuils, castors, renards, chevreuils et cerfs.
Et beaucoup d’oiseaux pour chasser les insectes.

Plumes.600x150.2

Washington

Avec le fameux Bridge of the Gods (là où Cheryl Strayed termine sa LASH dans Wild), on entre entre dans l’État de Washington.

La fête est finie.
A nouveau on monte en altitude et les montagnes se font abruptes.

On passe à proximité de Mt. Adams (3 742 m) puis de Mr. Rainier (4 392 m).

Les North Cascades sont une chaîne de montagne difficile à aborder en raison du relief très accidenté et des pluies abondantes qui ont donné naissance à 750 névés éternels et de petits glaciers.
En surface, ces névés représentent la moitié des névés des lower 48.

Cette portion du PCT suit plusieurs arêtes de haute altitude.
Notamment Lakeview Ridge, la plus haute, à 2 172 m, à seulement 8 miles de la frontière canadienne.

Golden Larch trees (Pseudolarix amabilis) at the peak of their fall color line frame Liberty Bell Mountain (left) and the Early Winters Spires in the North Cascades of Washington state. Golden Larches, while not considered true larches, are known for shedding their needles each fall. The needles grow back each spring and transition from deep green to blue green over the course of the summer. In late September or early October, the needles turn golden and drop, just like the leaves on deciduous trees.

Si on n’est pas trop freinés dans les sierras enneigées, on pourrait arrivée au terminus nord début octobre.

Sinon, fin octobre. Ce qui nous expose à des conditions délicates, en particulier des tempêtes de neige…

Flore
Beaucoup de plantes canadiennes et alaskiennes. On devrait profiter du spectacle des aiguilles de mélèze qui virent au jaune (photo ci-dessus)

Plumes.600x150.3
Que penses-tu du programme ?
 

A bientôt & Beau voyage à toi !
Perrine

>> Tous les articles sur le Pacific Crest Trail.
> Article précédent – Do you speak PCTish ? Vocabulaire de base
> Article suivant – Quand t’es dans le désert pendant 1122 km…

CADEAU

Reçois ma méthode infaillible pour réaliser tes rêves

et rejoins l’aventure (Pacific Crest Trail 2021 et parution de mon livre !)

Garanti sans spam ni plastique. Tu recevras un courriel pour confirmer ton inscription.

3 réflexions sur “Au programme du PCT – parcours et obstacles”

  1. Ping : Glossaire PCTish - les bases |

  2. Ping : Pourquoi le Pacific Crest Trail ? |

  3. Ping : Quand t'es dans le désert pendant 1122 km... |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.