Trottoir, feuilles d’automne et écriture

Je te propose un petit quizz digne des meilleurs magazines féminins :

C’est la mi-novembre et tu veux prendre des places pour une conférence. Le serveur plante et arrivé-e sur place, la queue s’étend sur des dizaines de mètres, façon lancement du dernier volume d’Harry Potter, les déguisements et la folle ambiance en moins :

  1. Tu jures à la manière du Capitaine Haddock : « c’est toujours sur moi que ça tombe, et en plus j’ai plus de batterie, je peux même pas jouer à Angry Birds en poireautant ». (Je reconnais que le capitaine Haddock n’aurait pas dit ça.)
  2. Tu pondères : « si seulement j’avais porté mon livre ! »
  3. Tu te réjouis de cette belle journée et observes les feuilles colorées dans le parc voisin en songeant que ça n’est pas souvent que tu t’accordes du temps improductif. Heureusement que ton téléphone est peu chargé.

Bon, comme dans les pages psy des magazines, la réponse ne regarde que toi. Mais je te dévoile la mienne : d’abord B, puis C.

Le 13 novembre, je viens d’arriver à Pau et l’automne est époustouflant. Vraiment. Il y a toutes sortes d’arbres dont les feuilles virent au rouge, au jaune, à l’orange et parfois même au violet.
La veille, j’ai souri de voir un chien sauter pour attraper les feuilles emportées par un coup de vent qui tournoyaient au-dessus de sa tête !

Très vite dans la file, un retraité souriant aborde la conversation avec moi. A mon choix d’assister à la conférence d’Isabelle Autissier, il faisait la moue. Je me défends : « mais je fais de la voile ». « A Pau ?! » Il me cherchait !!

Dominique et moi nous sommes quittés 2 heures plus tard, nos places pour les conférences en poche, nos numéros de téléphone échangés et la promesse d’aller boire un thé ensemble la semaine suivante.

Dominique tombait à pic. En m’interrogeant sur mes aventures, il m’a demandé si j’écrivais alors je lui ai confié mes doutes et mes blocages, malgré l’envie. Lui m’a parlé de sa connaissance du monde de l’édition et de l’auto-édition. Il est rédacteur web pour de nombreux sites internet et on partage cette même curiosité et envie de découvrir quelque chose de nouveau chaque jour.

La semaine suivante, Dominique ne m’a pas laissé le choix : « on se revoit la semaine prochaine, même heure, même endroit et tu m’envoies un premier texte. Je lui demande un sujet : « le départ ». Vaste programme… mais c’est tout ce dont j’avais besoin !!

J’ai écrit autour de 10 000 mots la première semaine, puis encore 10 000 mots la deuxième. Là, je suis tombée dans les 5 000 par semaine mais qu’est-ce que j’aime ça. Je me replonge dans mes carnets de voyage, rencontres, découvertes. Je fais des recherches en rapport avec ce que j’écris. Je creuse et fais des rapprochements que je n’avais pas encore vus. Bref, je me régale.

Quant à Dominique, il m’encourage, il est bienveillant, il me pose des tonnes de questions et me permet d’éclaircir certains points, il me conseille des lectures, m’aide à préciser ma pensée… Il est formidable, absolument parfait dans son rôle. Je trouve ça merveilleux et incroyable.

Il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous.

Paul Eluard

Quelles belles surprises la vie nous réserve !

Vive les feuilles d’automne… et peut-être aussi Michel Drucker d’avoir créé cette file d’attente surnaturelle 🙂

Et toi, qui vas-tu rencontrer dans ta prochaine file d’attente ?!

[Photo d’érable Morning Glory prise en Californie]

_________________

La conférence d’Isabelle Autissier « Il n’y a pas de planète de rechange » a été enregistrée : clique ici pour la visionner. J’aime comment elle répond à « moi je ne pourrais pas faire ce que vous faites », ce qu’elle dit de l’éducation qu’elle a reçue et ce qu’elle retire de ses épisodes de solitude en mer.

2 réflexions sur “Trottoir, feuilles d’automne et écriture”

  1. Ping : Comme dans un film... -

  2. Ping : Plus nocive que 15 cigarettes par jour -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *