Torschlusspanik

Torschlusspanik

L’allemand est une langue très logique qui offre des possibilités infinies.

Petite initiation pour débutants avec des métiers dans le secteur médical :

  • Zahn : la dent | Arzt : le médecin… der Zahnarzt : le dentiste
  • Kranken : les malades | Schwester : la sœur… die Krankenschwester : l’infirmière
  • der Krankengymnast… tu devines ? C’est le kinésithérapeute. Bon j’avoue, Physiotherapeut existe aussi !

Autant dire, que les racines latines ou grecques qui nous jouent souvent des tours en français, vous pouvez les oublier en allemand. Les mots sont majoritairement formés à partir de mots contemporains.

La preuve : qui sait orthographier parfaitement « oto-rhino-laryngologiste » ?

Les Allemands, eux emploient le mot « Hals-Nasen-Ohren-Arzt » (Médecin pour Gorge-Nez-Oreilles) que vous pouvez naturellement abréger « HNO-Arzt », ce qui revient à notre ORL… mais au moins, chacun comprend facilement de quoi il s’agit !

Je ne vous raconte pas ma frustration face à un dictionnaire allemand qui ne peut du coup pas recenser tous les mots possibles.

Résultat : on se met à faire travailler nos méninges, à rechercher par nous même la signification du mot et on ne tarde pas à attraper le virus ! Voilà pourquoi je dis que l’allemand offre des possibilités infinies et libère notre créativité (rien que ça !!)

Tor | Schluss | Panik

Torchlusspanik peut se traduire littéralement par panique face à la fermeture de la porte.

L’origine de cette expression remonte au Moyen-Âge, lorsqu’à la nuit tombée, les portes de la cité étaient fermées pour protéger les habitants. Malheur à quiconque rentrait après la fermeture des portes car il s’exposait aux mauvaises rencontres (brigands, bêtes sauvages) et au froid.

Aujourd’hui, l’expression a pris une dimension plus métaphorique. Elle est très souvent utilisée pour décrire ces femmes effrayées par la perspective de ne pas trouver de mari, de ne pas avoir d’enfants au fur et à mesure que les années passent.
Comme on peut s’approprier n’importe quel mot en allemand, je prône une meilleure utilisation, plus générale (un peu d’égalité des sexes que Diable !)

Au cours de mes voyages, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui m’ont dit « ah, si j’avais vingt ans de moins, je ferais ce que tu fais ! ».
La vérité, c’est que ces personnes dans la majorité des cas ont eu mon âge et l’envie de prendre la route mais ont fait le choix de construire une famille ou leur confort à la place. Tout choix a des conséquences.

Donc à toi de voir, tout en gardant à l’esprit qu’il y a des saisons dans la vie et après l’heure, soit c’est plus l’heure soit ça devient beaucoup plus difficile de se lancer !
Pose-toi les bonnes questions et n’enfouis pas tes rêves trop profond. Tout l’univers conspire à ce que tu vives ta légende personnelle. Et comme l’explique Paolo Coelho dans l’Alchimiste, les signes continuent de se manifester mais au fur et à mesure que tu les ignores ils finissent par disparaître.

Vous en voulez encore ?

Related Posts

One Comment

  1. Mais comment as-tu osé tout quitté ? | Le Plus Beau Voyage
    21 juin 2017 at 09:35 Répondre

    […] Torschlusspanik : j’ai déjà trente ans, à mon âge, je devrais m’installer et fonder une […]