Plus nocive que 15 cigarettes par jour

Cet après-midi, j’ai fait l’expérience très agréable de me promener sous le soleil avec un bébé qui n’était pas le mien.
Soudain, les automobilistes pressés, s’arrêtent et vous adressent un large sourire.

Ce bébé, c’est celui d’une amie de mes grands-parents. Une amie de mon âge.

Je suis installée à Pau, dans l’appartement de mes grands-parents depuis quelques mois maintenant.
A la table de mes grands-parents, toutes les nationalités, tous les milieux et tous les âges se sont toujours côtoyés.

La semaine dernière, Fatima, la voisine du quatrième est venue boire le café. Elle était ravie de retrouver cette table qui, « si elle pouvait parler, en révélerait des confidences ».

Samedi, Pierre, un voisin de 88 ans, observait le système Poussaucul des Cazaspe. Sa compagne a eu une très mauvaise santé et il s’en est occupé pendant plus de quinze ans.
Maintenant il se perd, il oublie. Sa fille habite Compiègne ; c’est trop loin et compliqué pour qu’il lui rende visite. Quant à elle, elle n’a pas le temps de venir. Plus jeune, Pierre faisait du vélo. Je lui ai expliqué le Sun Trip et puis il m’a interrogée sur le compost, alors je lui ai montré : « vous êtes l’ange gardien de la résidence ».

En fait, j’ai juste du temps, ou je décide de le prendre… Comme pour les automobilistes qui prennent le temps de s’arrêter pour laisser passer une jeune maman, je prends le temps d’écouter et de partager du temps avec mes voisins ou les personnes que je rencontre au gré de mes activités.

Ce qui est plus nocif que de fumer 15 cigarettes par jour ou même d’être obèse, c’est la solitude.
La solitude tue. Et contrairement à ce que je pensais, ce n’est pas qu’une affaire de personnes âgées.
Elle touche aussi beaucoup les jeunes, elle touche les travailleurs. Elle touche tout le monde.

Cette semaine, j’ai dépassé les 90 000 mots écrits pour mon livre.
Les idées commencent à s’articuler.
J’éprouve un plaisir immense à relire mes carnets, revisiter des épisodes de ma vie, des petits trésors qui sommeillaient, des rencontres, des instants précieux ou des galères qui m’ont fait grandir. [Tu devrais essayer !]

La semaine dernière, Dominique, mon mentor en écriture, a eu la grippe alors nous avons décalé notre rendez-vous de jeudi à lundi. Bam, je me suis mise à douter de l’intérêt de ce que j’écrivais. Et puis à quoi bon écrire après tout ?
ALERTE, ALERTE : attaque de la solitude !
J’ai donc vu Dominique 2 fois cette semaine et je suis regonflée à bloc ! Seul-e, on ne va pas bien loin…

J’écris très peu sur le blog parce que le format ne me convient pas.
Ce n’est pas de mes voyages dont j’ai envie de parler mais du voyage intérieur.

Merci harcèlement moral et syndrome d’épuisement professionnel de m’avoir poussée à mettre les voiles, mais surtout, de m’avoir obligée à revoir mes choix et mon mode de pensée.
Merci voyage de m’avoir fait entrer dans l’intimité de toutes ces familles et de tous ces sexagénaires [Dominique me dit qu’il ne les compte plus, d’autant qu’il fait partie du club !] pour explorer d’autres façons de voir le monde ou de vivre ses rapports aux autres et à la vie/mort.


« Un pays, c’est pour moi un visage, un sourire, un accueil, un prénom ; bien plus que des villes, des montagnes, des forêts ou des rivières. »

Pierre Fillit

Aujourd’hui, c’est la société et la planète qui s’épuisent.
Nous utilisons notre énergie et notre temps à mauvais escient.
Nous sommes tellement fatigués en rentrant le soir que nous nous laissons aller au divertissement.

Nous ne prenons pas soin de nos vieux, nous faisons garder nos enfants, nous surconsommons une nourriture et foule d’objets inutiles et souvent toxiques qui viennent de l’autre bout du monde…

Je sais que tu sais tout ça.

Mais alors, que peut-on faire ? Il faut bien travailler !
Je ne crois pas. En tout cas, pas autant que nous le faisons.
On peut m’opposer le fait que le toit au-dessus de ma tête ou le bateau dans lequel je navigue sont bien achetés/maintenus par quelqu’un. Ma partie, c’est le capital humain… et on en manque cruellement dans la société actuelle.

Toutes les solutions existent pour créer un monde meilleur, plus respectueux des Hommes et de la Nature.
Ces solutions ont besoin de cerveaux et de bras disponibles.

Des personnes engagées, j’en rencontre et j’en côtoie toutes les semaines. Nous sommes des milliers.
Rencontrons-nous !

Comme pour l’approche zéro déchet, le plus difficile au début, c’est de trouver le courage de changer une petite habitude, juste une toute petite.
Puis une autre, et une autre… un pas à la fois.
Et il n’y a plus de pas en arrière.

Il est urgent de ralentir et de remettre de l’humain dans nos vies…

Pour en revenir à Pierre, je lui ai prêté le magazine Géo Aventure qui consacre un dossier au Sun Trip.
Il l’a glissé dans la boîte aux lettres et m’a appelée à l’interphone le lendemain : « J’ai tout lu, je me suis régalé ! » d’un enthousiasme qui m’a fait chaud au cœur. Que ça m’a fait du bien…

As-tu un Pierre ou une Pierrette qui habite près de chez toi ? Ou un ado avec qui engager la conversation ?
Y a-t-il un projet pour lequel tu aimerais donner de ton temps et de ta personne ?

Pourquoi ne pas essayer HelpX ?


Nous sommes entrés dans l’ère de l’accélération globalisée. Vitesse et court terme sont devenues la norme de la société. Mis sous tension par l’accélération financière et technologique, nous tentons encore de suivre un rythme qui nous mène pourtant vers des catastrophes écologiques, économiques et sociales annoncées. Mais certains d’entre nous ont décidé de ne pas céder à l’injonction d’’immédiateté, en expérimentant – individuellement ou collectivement – des alternatives locales et concrètes, afin de « bien vivre ».

Très bonne fin de semaine et prends soin de toi,
Perrine

2 réflexions sur “Plus nocive que 15 cigarettes par jour”

  1. christiane Sarlat

    oui, la solitude est la pire des choses, sauf, sauf; d’être entourée de personnes négatives, qui ne voient que la bouteille à moitié vide et voudraient que tu adoptes leur façon de voir. Inutile de les convaincre, je les fuis.
    Côté zéro déchet, je suis aussi nulle qu’avec mon smartphone et ce n’est pas peu dire! Mais je suis entourée de familles et d’amis proches, je n’hésite pas à demander de l’aide et à proposer la mienne. Je sais qu’un jour, quand ?, je trouverai ce que je peux faire de vraiment utile aux autres et à moi-même. J’organise des petites virées avec qq. amis et je ne refuse pas d’invitation. Hier, ma conseillère bancaire m’a raconté sa vie pendant 1 heure. Et je vis dans une région de personnes âgées qui ont beaucoup à raconter et leur vie est passionnante. Il suffit de passer le sourire aux lèvres et ça se fait tout seul. Arrêt au soleil et c’est gagné. Même pas besoin de bébé, 3 tout neufs chez les Montheillet et petits week-ends à droite et à gauche. Continue ta belle vie, c’est celle que tu as choisie. Le hasard tu crois ?
    Je t’embrasse très tantinement.
    Christiane

  2. Je crois aussi que c’est le manque de temps accaparé par le travail qui est la source de bien des maux de notre société. Mais ce n’est pas facile de renoncer à un revenu régulier, un niveau de vie. J’apprends beaucoup de gens qui comme toi ont fait d’autres choix.
    En tout cas j’attends avec impatience ton futur livre. J’ai hâte de te lire. Je te souhaite toute la ténacité nécessaire pour aller jusqu’au bout.
    Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *