Sortons de nos petites boîtes

Petites boîtes : alors c’est ça la vie ?!

Sommes-nous condamnés à vivre en boîte, de boîte en boîte, subissant tout au long de notre vie une série d’incarcérations successives, comme le fait remarquer Pierre Rabhi ?

Petites boîtes très étroites, petites boîtes faites en ticky-tacky
Petites boîtes, petites boîtes, petites boîtes toutes pareilles.

Tous condamnés à vivre dans de petites boîtes ?

Devenu chanteur vers la quarantaine, Graeme Allwright a adapté beaucoup de chansons du folklore américain ou anglais en français. Le vocabulaire est soigneusement choisi, les textes sont délicieux mais les sujets abordés sont sérieux.
Comme par exemple Petites Boîtes, adaptation du standard folk Little Boxes écrit et composé par Malvina Reynolds en 1962. Une chanson contestataire qui parodie le développement des banlieues et ce que beaucoup considèrent comme ses valeurs de bourgeoisie conformiste.

Voici la traduction qu’en a fait Graeme Allwright :

Petites boîtes très étroites, petites boîtes faites en ticky-tacky
Petites boîtes, petites boîtes, petites boîtes toutes pareilles
Y a des rouges, des violettes, et des vertes très coquettes
Elles sont toutes faites en ticky-tacky. Elles sont toutes toutes pareilles

Et ces gens-là dans leurs boîtes vont tous à l’université
On les met tous dans des boîtes, petites boîtes toutes pareilles
Y a des médecins, des dentistes, des hommes d’affaires et des avocats
Ils sont tous tous faits de ticky-tacky. Ils sont tous tous tous pareils

Et ils boivent sec des martinis, jouent au golf toute l’après-midi
Puis ils font des jolis enfants qui vont tous tous à l’école
Ces enfants partent en vacances puis s’en vont à l’université
On les met tous dans des boîtes et ils sortent tous pareils

Les garçons font du commerce et deviennent pères de famille
Ils bâtissent des nouvelles boîtes, petites boîtes toutes pareilles
Puis ils règlent toutes leurs affaires et s’en vont dans des cimetières
Dans des boîtes faites en ticky-tacky qui sont toutes toutes pareilles

Enfant, je ne percevais pas la portée des paroles mais elles ont infusé en moi et pendant toutes ces années, elles ne m’ont jamais quittée.
Clique ici pour écouter Petites Boîtes par Graeme Allwright.
Clique là pour écouter Little Boxes par Malvina Reynolds.

 

Y a-t-il une vie avant l’ultime mise en boîte ?

Plus tard, j’ai découvert Pierre Rabhi qui prône la sobriété heureuse. Je suis très admirative de son parcours de vie et de sa prise de recul, refusant les mises en boîte. Il s’exprime avec une grande simplicité, une grande sagesse et je me demande comment on peut ne pas être réceptif à son message.

Dans son TEDx Talk Y a-t-il une vie avant la mort, comme Malvina Reynolds et Graeme Allwright, il retrace le parcours d’un être humain, de la naissance à la mort, passant de boîte en boîte, tel une série d’incarcérations.

Il y a trois façons de voir les choses :

  • Une boîte c’est rassurant, c’est confortable, c’est trouver sa place dans le monde et être reconnu comme étant légitime.
  • Une boîte c’est réducteur mais il faut bien manger et payer ses factures. On n’a pas le choix alors on se résigne et on accepte ladite incarcération.
  • Une boîte c’est étouffant, on s’y sent à l’étroit alors on cherche à sortir du cadre pour trouver de l’oxygène et donner plus de sens à sa vie. Hors des sentiers battus.

Hors de la boîte… Think outside of the box?

Dur de penser hors de la boîte
Penser « hors de la boîte » est difficile pour certaines personnes, mais continue !

En anglais, on utilise l’expression Think outside of the box, notamment dans le monde de l’entreprise où l’on recherche constamment l’innovation, la bonne idée, la nouveauté qui permettra de se démarquer face à la concurrence.

Thinking outside of the box – littéralement, penser « hors de la boîte », en dehors des cadres pour dépasser le connu, remettre en question l’existant, ouvrir le champ des possibles et surtout ne pas trop vite conclure que « ça n’est pas possible », que « ça ne va pas » ou qu’on « n’y arrivera pas ».

Beaucoup d’inventions ont vu le jour parce que des personnes ont eu le courage d’y croire, et de persévérer… Et si l’on appliquait ce principe à notre vie ? Si l’on osait plus sortir des sentiers battus, de notre zone de confort ?

Comme l’ont fait Sebastiâo et Lélia Salgado. Après avoir lâché une vie confortable pour la photographie, ils ont entrepris de replanter plus de 2,5 millions d’arbres au Brésil.

Alors que tu aies toujours rêvé de dessiner, de peindre, de chanter, de danser ou que tu veuilles quitter le salariat, vivre différemment, te lancer dans un nouveau projet, vas-y ! Les seules limites sont celles que nous nous fixons.
Prends des risques et tu seras fixé-e.
Une chose est certaine, ça élimine les regrets à l’approche de la dernière boîte.

« Instead of thinking outside of the box, get rid of the box! »
Mieux que de penser « hors de la boîte », débarrasse-toi de la boîte !
Deepak Chopra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *